Jardin du FRAC Centre à Orléans

Le jardin du FRAC CENTRE s’inspire et se veut complémentaire de l’extension architecturale.
En réponse aux extractions proposées par les architectes, nous créons une faille, un creux, un élément de topographie inversé. Cette faille intègre les différents éléments du programme tout en atténuant leur présence; ainsi cet espace de jardin reste calme, apaisé tout en étant surprenant:
— de part sa forme d’abord : un plateau traversé d’une faille et son mobilier qui ne crée pas d’émergence
— de part ses couleurs aussi, une gamme sourde, voire sombre autant pour les végétaux que les revêtements de sols
— de part le choix de l’utilisation des végétaux: 3 variétés seulement mais à la présence et à la singularité forte
— de part sa mise lumière qui met en relief la singularité du jardin

Les 400m2 du jardin sont donc coupés en deux par cette faille qui délimite deux espaces: côté bâtiment, un espace minéral prolongement de la salle d’exposition temporaire duquel démarre les deux accès à l’intérieur de la faille.

De l’autre côté de la faille, encadrée par les murs anciens, une prairie d’ophiopogons ponctuée de lis roses (lilum martagon) et de quelques sumacs épars. On descend dans la faille soit par des emmarchements, soit par une rampe qui la rend accessible aux PMR. Creusé dans le sol actuel, en décaissé de l’existant, les contours dessinent des zones d’assises (bancs) et des plateaux. Ces plateaux peuvent être utilisés comme table, ils sont aussi support des végétaux échappés de la prairie arrière.

Imaginée comme un cratère, cette faille induit les matériaux que nous pensons utiliser (gravier de pouzzolanne (rouge brique) au sortir du bâtiment, rampe d’accès dans les creux en béton (grise), plateau et paroi des tables, bancs en acier corten, enfin, gravier sombre en fond de faille. L’ophiopogon est une herbe basse, persistante et brillante, au feuillage dense en touffe et à la floraison blanche; la variété ‘Nigrescens’ que nous choisissons est très spécifique, et comme son nom l’indique, le feuillage est presque noir. Au printemps, sur leurs hautes tiges, les lis émergeront de la masse sombre; leur délicatesse et leur parfum annonceront la nouvelle saison.

Enfin, des sumacs à la silhouette tortueuse ombrageront le jardin par endroits; en automne leur feuillage flambloyant égaiera la prairie avant de devenir des sihouettes durant l’hiver.
De nuit la mise en lumière éclaire seulement la faille et les cratères qu’elle dessine; en fond un halo rasant se diffuse sur les murs de pierre.

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Le parc des Tanneries à Amilly

Voir évoluer la friche ... 
2 objectifs pour ce jardin: 
- Accompagner la programmation artistique
- Proposer des aménagements progressifs et différents à chaque saison pour aboutir à une vision à long terme de l' évolution des lieux.

Le projet prendra en compte des moyens limités en terme économique mais aussi et surtout les capacités propres aux milieux existants. Nous proposons de laisser évoluer par eux-mêmes les ripisylves, les boisements et la prairie, tout en guidant cette évolution dans le temps.

En permettant et acceptant la reconquête des lieux localement par la friche, le site s' enrichit de nouvelles espèces et produit une épaisseur végétale dans laquelle de nouveaux paysages peuvent être «sculptés» par des moyens simples de gestion organisée.

Sans intervention, les milieux «ouverts» auront d' abord tendance à se refermer: une strate d'herbes hautes, qui s' envahit ensuite d'essences ligneuses comme des cornouillers, des saules marsault, des ronces et les pousses de jeunes arbres issus des semenciers existants.

Une succession de formations végétales, spécifiques de ces milieux (et nous aurons la surprise de cette nouvelle biodiversité) va transformer le paysage. L' évolution naturelle vers le climax étant la forêt...

En travaillant sur les fréquences des fauches, tontes et intervention ponctuelles de défrichage, on arrête localement l' évolution des formations végétales à un certain stade, en découpant par exemple des clairières d' herbe tondues dans des fourrés arbustifs, des chemins dans une lisière, des axes dans les sous-bois.

En maîtrisant ponctuellement par des fauches et des tailles, et selon un plan prédéfini, l' évolution spontanée de la végétation, on pourra ainsi transformer d' année en année le paysage du site pour créer des cheminements, des axes, des vues sur les bâtiments, sur la rivière ou sur le paysage, des lieux mettant en scène des installations d' oeuvres artistiques.

Ce paysage en constante évolution et répondant à la programmation artistique prolongera à l' extérieur le propos du centre d' art contemporain dont les oeuvres exposées, contrairement à des objets posés dans un espace muséal, s' inspirent pleinement des qualités intrinsèques du site.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Pop it up

Ici mon rôle est d’offrir la possibilité d’une expression plurielle, un “construire ensemble“ qui dévoile un lieu en mutation.

POP IT UP laisse une grande liberté de création aux artistes invités: Dans les pays anglo saxons, on utilise le terme curator, qui vient du verbe to cure, soigner, prendre soin. Il est plus adapté que le terme français de commissaire qui sous entend une hiérarchie.

Tout d’abord le site: Travaillant sur les aménagements extérieurs des Tanneries et étant par ailleurs scénographe d’exposition, l’envie était grande de proposer un projet dans ce bâtiment si particulier: une architecture simple et brute que le temps a laissée ouverte sur un paysage presque sauvage. Mélanie Drevet et moi avons prit soin de le conserver tel quel pour préserver la richesse de sa flore. Aujourd’hui, par les béances du bâtiment, la nature est partout présente: naturel et construit se rejoignent.

Ensuite une démarche: L’équipe Akoaki, originaire de Détroit (Michigan, USA) développe une approche architecturale différente et prend en charge la conception et la fabrication de ses projets. Investissant des lieux désaffectés, AKOAKI provoque une relation différente au site. Découverte, interrogation, échange, ces installations légères et colorées nous laissent imaginer un autre devenir possible.

Les étoiles d’AKOAKI, flottantes bien que monumentales nous transportent ailleurs, plus haut. Elles élèvent le sol, les poutres, la charpente et le toit. Envolée ou atterrissage ?

Conçues en 2 semaines, elles ont été décomposées puis construites sur place en 2 semaines également: Créativité, inventivité, efficacité caractérisent la guérilla architecturale que nous propose ce commando de 8 étudiants. 

Enfin une déambulation photographique: Le travail de Marie Combes s’approche tour à tour du paysage et de l’architecture. Elle s’approprie les lieux pour en restituer à sa façon les volumes et les perspectives. Son regard vagabond cadre les espaces parcourus en témoin d’une situation donnée et livrée à notre interprétation.

Les images de Détroit en friche affichées dans le parc raccordent l’installation d’AKOAKI  à son lieu d’origine et d’expérimentation et dialoguent avec la prairie.

Les diptyques témoignent en même temps qu’ils  déstabilisent. Packard (emblème du déclin de la ville industrielle) regarde les Tanneries,  une autre échelle, une autre histoire.

La ruine industrielle et presque apocalyptique côtoie les 6 images issues de la commande de la ville d’Amilly qui attestent d’un état du bâtiment avant le démarrage des travaux de transformation. 

voir le catalogue

 

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Cartier Paris Champs Elysées

La scénographie Cartier Naturellement est dévoilée au public pour la première fois dans la boutique des Champs Elysées à Paris. 
un jardin éphémère qui présente sous cloche la nouvelle collection de haute joaillerie.
Un kit itinérant qui va traverser le monde et se transformer à loisirs selon les configurations des lieux.

L’utilisation du gypsophile crée des nuages vaporeux ponctués d'orchidées. Les bijoux de la collection sont présentés dans des vitrines cloches qui rappellent les cloches de jardin.

L’espace de la boutique est métamorphosé par la présence partout du végétal qui se décline sous toutes ses formes: au naturel, en images, en ombres projetées et bien évidement en bijoux. 

 

 

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image