Green Shadow

Dans ce jardin conçu comme l'allée d'un jardin à la française, les sièges "Shadowy" de MOROSO deviennent topiaires qui structurent et rythment l'espace.

Vue en plan, l'organisation des végétaux et des assises dessine comme un masque africain. En référence aux origines du projet, les formes géométriques s'assemblent en une composition axée qui mixe les cultures et les influences. 

Les sièges, entièrement vert, sont progressivement envahis par la végétation et deviennent eux mêmes des plantes, se confondant avec le reste du jardin. 

Le jardin de RÉSIDENCES DÉCORATION se traverse, et propose aux visiteurs des lieux de pose, de repos. Des assises quasi-végétales, ombragées, abritées où lire en toute quiétude. 

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


My own private balcony

Le balcon parisien revu par le détournement d'éléments caractéristiques du paysage urbain: L'échafaudage se transforme en terrasse métallique, aménagée d'objets et matériaux issus du vocabulaire des chantiers qui deviennent ombrière, jardinières, supports, bacs, table et assises.

La gamme végétale qui compose ce jardin ô combien urbain, s'inspire des friches et propose une gamme de gris et de bleus qui renforce l'esprit industriel du décor. Cependant, ces végétaux sont aussi choisis pour leur résistance et leur capacité à supporter des conditions de vie difficiles: hauteur, vent, soleil, arrosage incertain, étroitesse du substrat, autant de données indissociables de la bonne conception d'un jardin en ville.

Les éléments de mobilier choisis (fauteuils) apportent un confort complémentaire à l'utilisation du lieu tout en restant dans l'esprit du projet:  ils sont réalisés en métal déployé, matériau typiquement architectural et industriel.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Vice et versa

Monde perdu, monde rêvé…

Eden ou enfer, jardin platonique ou jardin pornographique, labyrinthe ludique ou paravent voyeur, chacun en décidera suivant son humeur… 

Qui sait, l’entrée du jardin est masquée, un voile d’eau écarte la vue au regard trop furtif.

Des rideaux de perles suintantes s’égouttent du tunnel végétal, elles diluent le regard, irisent les sens. Le sas ruisselant  est le passage initiatique et obligé pour accéder à cet univers onirique.

Une fine brumisation s’engouffre dans vos dessous, la moiteur s’accentue, une brise soudaine découvre une clairière.

La lumière se fait plus douce, vous atteignez la forêt-labyrinthe, une résille drape l'espace, des troncs (ou “cônes de jouissance“) parsèment un sous-bois humide.
Les yeux s’y perdent, on contourne les fougères et les herbes hautes, on s'approche des troncs. 

Surpris par les averses, des tontines d’osier aux noms évocateurs (cône masturbatoire, copulatoire, éxutoire) permettent de s’abriter et de faire des rencontres improbables…

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Mouans Sartoux

La structure existante est forte : le jardin est en restanque, sur un versant Nord.

Nous sommes sur la côte d'azur mais certains espaces du jardin, à l'ombre souvent, gèlent en hiver. 

Les éléments construits (maison, piscine, cuisine d'été) s'inscrivent déjà dans la structure du jardin. Mon rôle est donc essentiellement d'organiser des plantations, de définir ce qu'il se passe sur chaque terrasse. 

Les propriétaires sont passionnés de jardin: lui pour le potager, elle pour les fleurs. 

C'est un projet simple pour lequel je définie un "statut" pour chacune des restanques. Je travaille beaucoup les limites, afin d'isoler sans enfermer mais on est dans une zone pavillonnaire qui se densifie.  

Aux abords de la maison, le jardin est dense, précis, organisé: la longue terrasse ombragée de vigne et de kiwi est bordée d'un massif qui mélange aromatique, arbuste et vivaces dans les tons de gris aux floraisons bleu, rose et blanche. 

La zone la plus froide est aménagée en cour avec fontaine, c'est l'endroit frais en plein été, idéal pour la sieste. 

Une restanque est réservée au potager, que le propriétaire organise lui même. 

Les autres restanques sont traitées en paysage: herbe fauchée, arbres épars et limite dense, par strate : vivaces, arbustes, arbres pour dissimuler le voisinage en créant de la profondeur et des ambiances spécifique qui se rejoignent.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image