My own private balcony

Le balcon parisien revu par le détournement d'éléments caractéristiques du paysage urbain: L'échafaudage se transforme en terrasse métallique, aménagée d'objets et matériaux issus du vocabulaire des chantiers qui deviennent ombrière, jardinières, supports, bacs, table et assises.

La gamme végétale qui compose ce jardin ô combien urbain, s'inspire des friches et propose une gamme de gris et de bleus qui renforce l'esprit industriel du décor. Cependant, ces végétaux sont aussi choisis pour leur résistance et leur capacité à supporter des conditions de vie difficiles: hauteur, vent, soleil, arrosage incertain, étroitesse du substrat, autant de données indissociables de la bonne conception d'un jardin en ville.

Les éléments de mobilier choisis (fauteuils) apportent un confort complémentaire à l'utilisation du lieu tout en restant dans l'esprit du projet:  ils sont réalisés en métal déployé, matériau typiquement architectural et industriel.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Domaine de la Ferté-Vidame – année 00

La magie du domaine de la Ferté Vidame dans son état actuel provient du vide qu’il propose, de l’espace ouvert mais cadré, des perspectives et du ciel, de la solitude qu’on y ressent, confronté à l’immensité. L’étrangeté de la ruine, entretenue, posée comme un décor en attente d’un film jamais réalisé.

Comment conserver ce ressenti tout en intervenant pour rendre ce jardin attractif pour un plus grand nombre de visiteurs, pour en faire un lieu culturel de référence, un des lieux structurant du département ?

Tout d’abord, éviter une restructuration en profondeur, un projet. Considérer le jardin actuel comme étant une volonté, une résultante de l’histoire et du temps que l’on accepte et que l’on soutient.

Lié par l’histoire au personnage de St Simon, le parc de la Ferté Vidame pourrait se transformer, en douceur, grâce à des interventions autour du thème de la mémoire, des traces, des empreintes. St Simon, à contre-pied des mémorialistes de la cour choisi de relater l’intime de son époque, de raconter ce qui ne se voit pas, ce que l’on cache.
Le parc aujourd’hui nous offre une trame de jardin. Il ne reste que des traces de la grandeur passée. Chacun peut y voir sa propre vision du jardin qu’il a été, qu’il aurait pu devenir sans les ravages de l’histoire.

Une étendue d’empreintes

L’idée est donc de proposer ce qui fait la spécificité du site comme sujet de réflexion et de proposition à des artistes, des plasticiens, des concepteurs pour créer un jardin qui se façonne par le « désir de projet ». Il s’agit pas de commander chaque année une œuvre. Il s’agit plutôt pour le concepteur retenu d’offrir la première vision d’une œuvre possible. On l’appellera la « chose du début », l’esquisse, inhérente à tout geste créateur. Aussi les artistes et concepteurs invités devront ils faire preuve d’humilité et tenir compte d’un existant mais aussi d’une évolution programmée : Nous sommes dans un jardin et le temps est un facteur 

Un thème par année, une intervention par année, au bout de 7 ans, l’accumulation de traces déposées par les auteurs sera le parc nouveau.
Jusqu'à présent, sept thèmes ont été proposés comme base de réflexion et comme base de durée pour aboutir au projet final. 
Sept années de réflexion pour offrir aux habitants et aux visiteurs une étendue d'empreintes venant accompagner et enrichir les empreintes existantes aujourd'hui.

Image - Photo: Combes et Renaud

Photo: Combes et Renaud

Image - Photo: Combes et Renaud

Photo: Combes et Renaud

Image - Photo: Combes et Renaud

Photo: Combes et Renaud

Image - Photo: Thibaud Cuisset

Photo: Thibaud Cuisset

Image - Photo: Thibaud Cuisset

Photo: Thibaud Cuisset

Image - Photo: Thibaud Cuisset

Photo: Thibaud Cuisset

Image - Photo: Thibaud Cuisset

Photo: Thibaud Cuisset

Image - Photo: Stéphane Couturier

Photo: Stéphane Couturier

Image - Photo: Stéphane Couturier

Photo: Stéphane Couturier

Image - Photo: Georges Rousse

Photo: Georges Rousse

Image - Photo: Georges Rousse

Photo: Georges Rousse


Domaine de la Ferté-Vidame – année 01

En 2006, les premières installations ont vu le jour dans le domaine. Plusieurs designers ont été consultés afin de proposer des éléments de mobilier pour le parc.

Les créations devaient répondre à la volonté énoncée  pour la transformation en douceur du domaine de La Ferté-Vidame:

Des traces d’œuvre plus que des oeuvres, pour aboutir à «une étendue d'empreintes».

Il ne s'agissait pas de proposer une ligne de mobilier pour le parc. La demande s'est plutôt apparentée à la création de folies, d'installations pouvant regrouper plusieurs fonctions, plusieurs utilisations : s'asseoir, se poser, s'allonger, s'isoler, méditer, regarder, contempler.

La règle était que ces "objets/mobiliers" soient accessibles au public, en tenant compte des normes de sécurité, en particulier concernant les enfants. Devant être installés de façon définitive dans le parc, leur conception devait prendre en compte cette contrainte tant dans le choix des matériaux que dans leur mise en oeuvre (et plus particulièrement leur fixation au sol). La disposition des projets dans le parc devant induire un parcours, un nouveau cheminement, il était donc important d'envisager leur visibilité de l'un à l'autre. 

Trois projets ont été retenus pour cette première année d’intervention.
Normal Studio,
Jean-François DINGJIAN, diplômé des Beaux-Arts de Saint-Etienne.
Il a proposé un système mobilier/structure qui permet différentes compositions d’espaces destinés à la pause, à la contemplation, à la méditation. Les structures métalliques se construisent autour de dalles en béton moulé qui permettent de constituer des surfaces minérales inspirées des pas japonais et en contraste avec le sol enherbé de l’ensemble du parc. Ces modules permettent différentes typologies en référence au jardin et fabriquent des espaces qui s’apparentent aux bosquets. 

Cabinet 5.5 designers, fondé en août 2003 
Vincent BARANGER, Jean-Sébastien BLANC, Anthony LEBOSSE, et Claire RENARD,
Diplômés de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art Diplômés de l’ENSAM,
Ils ont proposé des fondations de mobilier (en creux et en béton façon terre cuite). Nids, terriers, vestiges, traces, autant d’images pouvant caractériser la proposition. Ces assises réinterprétées, plantées dans le sol s’effacent sous la ligne d’horizon pour ne pas perturber le domaine. Indices de mobilier, ils impriment en creux une nouvelle trame dans le parc. Ils proposent également une position nouvelle pour observer, regarder et apprécier le site et ses ambiances. Les modules se combinent pour offrir une multitude de saynètes : tête à tête, isoloir, banquette, confident ou encore conversation.

Adrien ROVERO 
Diplômé de l’ECAL (l’Ecole cantonale d’art de Lausanne). 
Il a proposé un nichoir pour homme et des mangeoires à oiseau. Le nichoir, au format démesuré crée un rapport d’échelle étrange pour ce nichoir géant posé sur un pied central, renforcé par la présence des quatre mangeoires de taille normale disséminées sur les bords de l’eau. A l’intérieur du nichoir, un siège haut permet de s’installer face à l’ouverture de forme ovale (référence aux miroirs et aux boiseries d’époque) qui cadre la vue. Pouvant s’apparenter à une « folie », le nichoir humain invite à la découverte et offre une expérience nouvelle et ludique sans dénaturer le paysage du domaine.

Image

Image - Designer: Adrien Rovero

Designer: Adrien Rovero

Image - Designer: Adrien Rovero

Designer: Adrien Rovero

Image - Designer: Adrien Rovero

Designer: Adrien Rovero

Image - Designer: Adrien Rovero

Designer: Adrien Rovero

Image - Designer: Normal Studio

Designer: Normal Studio

Image - Designer: Normal Studio

Designer: Normal Studio

Image - Designer: Normal Studio

Designer: Normal Studio

Image - Designer: Normal Studio

Designer: Normal Studio

Image - Designer: 5.5 designer

Designer: 5.5 designer


Domaine de la Ferté-Vidame – année 02

En 2007, le projet concerne la mise en place d’une signalétique  et la création d’une charte graphique pour le domaine de la Ferté Vidame. Cette signalétique propose plusieurs parcours thématiques et poly-sensoriels et se verra augmentée au fur et à mesure des nouvelles installations dans les années à venir.

En effet, il paraît important de faire connaître l’histoire de ce lieu surprenant aux nouveaux visiteurs mais également d’expliciter l’arrivée d’éléments neufs et contemporains dans un site historique. Cela participera de l’appropriation du projet par ses utilisateurs et viendra renforcer la concertation avec les habitants.

3 équipes ont été consultés. Elles devaient chacune proposer un concept alliant graphisme, création plastique et création sonore suivant  4 axes de promenade: 

Une promenade historique qui raconte l’histoire du lieu et des hommes qui l’ont fait exister.
Le contenu de ce parcours est alimenté par les recherches et les textes d’historiens spécialiste du site mais aussi de ces propriétaires illustres, en particulier St Simon et le marquis de Laborde et son influence sur le village de la Ferté.

Une promenade bucolique et botanique qui s’appuie sur la composition et l’organisation du parc.

Une promenade de trace en trace, qui raconte le projet en cours et les éléments qui le construisent.
Celle ci sera alimenté par le travail du directeur artistique et des services culturels du Conseil Général.

Une promenade parlée ponctuée par les témoignages et la mémoire des habitants.
Une collecte de témoignage parlé sera effectué par un auteur ayant déjà réalisé ce type d’écoute sur d’autres sujets.

L'équipe "Les chevreaux suprématistes" (Pénélope de Bozzi, Lucie Chaumont, Mathieu Lemarié et David Enon) a été retenue.

 

see more here 

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image